"Que le trap français repose en paix: restera-t-il des mères à niquer après ça?"

Pour ceux qui ont écouté le son dans l'article précédent (ou qui  le connaissaient déjà), Vald explique son propos dans un texte assassin.. On notera le contraste entre l'explication très sérieuse et abrasive et la futilité des lyrics du morceau "Bonjour".. Vald ne va pas toujours trainer au bon endroit mais techniquement, lyricalement et nonchalamment ce type a du génie, il faut le reconnaitre. Il m'avait fait kiffer sur ces 1ers freestyles, il a signé un album un peu en dessous de ses mixtapes mais avec des perles parsemées et il revient en septembre avec NQNT 2 qui risque de faire du bien au rap français.

Comme prévu Vald flingue la trap dans un article qu'il avait publié sur un fameux réseau social vers la fin du mois de juin.

 

 

Depuis la popularisation de la trap en 2010 et l’émergence d’une scène trap française, il ne se passe plus un jour sans qu’un illustre inconnu sous-doué nous narre ses exploits en force de vente option drogue. Armé de sa kalash, de ses gesticulations épileptiques, et de ses lieux communs, le trapeur lambda nous présente fièrement et quotidiennement son plus bel étron, nous conviant à l’observer flotter dans la cuvette des latrines. Au fond, cela n’est pas bien nouveau : toutes les tendances qui atteignent un certain seuil de succès, quel que soit le genre, soulèvent une armée d’épigones, d’ersatz, de clones aqueux coupés à la pisse. «On dirait qu’un esprit anime mille corps ; c’est bien là que les gens sont de simples ressorts» La Fontaine le savait bien. Néanmoins, il semblerait que ce phénomène de merdification ait atteint une ampleur sans précédent avec la trap. Cela s’explique indubitablement par la minimalisme bovin du registre. Accessible à tous, il n’est plus agréable à personne. Qui peut aujourd’hui encore supporter ces satanées clochettes ? Ces flows-séquences triolets ? Ces infâmes staccato de cuivres ? Ces trivialités vagues ? Comment pourrions-nous accepter de voir se poursuivre cet industriel déversement méphitique ad infinitum ? Dieu merci, comme chacun le sent, l’ordalie touche à sa fin. Ce sombre mouvement est entré dans sa phase de sénescence
Que le lecteur ne s’y trompe pas, la trap m’était au départ sympathique. Spontanées, éruptives, pulsionnelles, ces premières fulgurances m’avaient enthousiasmées. L’énergie guerrière qu’elle communiquait me donnait envie de prendre d’assaut le Gouffre de Helm, de planter des têtes de Hobbits sur des piquets et de pogoter avec Saruman. La flamme brûlait comme les dépouilles dans le Mordor. Mais un être doué de raison ne saurait tolérer tant de répétition et de nivellement. Je ne peux plus bouffer ce que tu me prépares. Je n’ai plus de question préférée. C’est fini la belle vie. Mon coeur n’est plus rythmé par les pompes et les tractions. Cela fait des mois que j’entends la trap agoniser. Les tripes à l’air, exténuée, elle baigne dans son sang, implorant la mort avec ce qui lui reste de voix… Des mois que je vois des passants nécrophiles abuser son corps meurtri. Des mois que je prie pour qu’une âme charitable abrège les souffrances de cette bête blessée… Ô sauveur, lame de la justice, prodigue donc son ultime sacrement à cette pauvre créature !
Croyez-le ou non mes frères, mais c’est alors que le soleil de mon espoir se couchait qu’il apparut. Du néant il surgit dans un rire sardonique. Levant sa main, la bête blonde s’approcha de la trap et la fixant droit dans les yeux prononça ce mot prophétique : « Bonjour ». Qui d’autre pouvait donc admonester la mort par un commencement ? Il acheva la trap en la transfigurant, conférant ainsi tout son sens aux paroles de Goethe : « tout ce qui est parfait dans son genre transcende ce genre pour devenir quelque chose d’autre, d’incomparable ». Ainsi eut lieu la divine résurrection. Je me précipita alors vers lui en l’interpellant :
« Mais qui oserait donc copuler avec des génitrices après toi, apôtre du Chaos » ?
Dans une sérénité totale, il me répondit : « Personne. Ils sont tous retournés bicrave dans leur bâtiment »
« Dieu soit loué ! Mais où étais-tu donc ? Pourquoi avoir tant tardé ? Pourquoi avoir laissé nos âmes en proie à la mutilation ? »
« J’étais en haut de la montagne, je cherchais le buisson ardent »
« Et l’as-tu trouvé ? »
« Oui »
« Et que t’as-t’il dit ? »
« Bonjour »
« Est-ce donc tout ? »
« Non »
« Et quoi d’autre ? Parle donc âme noble ! »
« NQNT 2 »

Vald - Bonjour: explication de texte
Retour à l'accueil