Lucio Bukowski & Oster Lapwass - Oderunt poetas

(ps de début: si ça te soûle de lire mes blabla et que tu te pourlèches les babines à l'idée d'écouter les nouveaux sons de Lucio Bukowski, va directement en bas vieux lombric)

Ca fait un moment que je balance des sons par-ci par-là de Lucio Bukowski, parce qu'il signe toujours des tracks très solides et bossés. Il écrit vraiment très bien et rap ses tripes toujours de mieux en mieux. Parfois trop bien écrit, j'ai eu peur un temps qu'il ne reste qu'un littéraire qui fait du rap. Mais sa plume est lourde et indocile, elle ne craint ni la crasse ni la simplicité. Traquant aussi bien les absurdités sytémiques que les rappeurs dégueulasses autotunés ou les connards standardisés, elle incité toujours à s'élever, à prendre du recul à lire, à sentir..

J'ai la plupart de ses albums mais je dois dire que celui-là, sorti il y a un mois, est une déglinguerie. Il tourne en boucle dans mes oreilles. Flow à la fois apaisant et tranchant, thèmes profonds amenés avec douceur et originalité..

Et ces fuckin' instrus..! Lucio a toujours attaché beaucoup d'importance à rapper sur des sons très travaillés. Voilà pourquoi il s'est naturellement dirigé vers Oster Lapwass. Producteur de génie, fouilleur de samples et travailleur acharné, Lapwass sort des instrus de diamant à chaque collaboration. Il signe avec LB une ambiance variée, qui passe de beats simples, à des boucles élaborées en passant par des sonorités électros. L'album est donc très complet et les 13 titres se laissent glisser tranquillement dans ton oreille interne. Bonne surprise, le feat avec Nikkfurie (La Caution) qu'on attendait pas, est une réussite de plus et ça fait plaisir d'entendre à nouveau un des frères cautionneurs faire ce qu'il sait faire de mieux, jouer avec les mots. Seul faille selon moi, le feat avec Ethor Skull... "Sur la carte". Lucio a certainement voulu faire un feat avec un membre de son crew / collectif l'Animalerie... Mais il n'a pas choisi le meilleur et de loin. Le flow d'Ethor Skull sur ce son est vraiment merdique. on dirait que le type fait exprès pour nous énerver. Et ça marche. J'ai hésité à chopper un train pour Lyon pour lui dire de vive voix.

Bref, à part cette demi-faille (le couplet de LB est bon) c'est un sans faute pour ce skeud au titre relou et repoussant (ils l'ont fait exprès ces cons). Oderunt Poetas... Citation d'Horace qui veut dire "Ils haissent les poètes"... Si avec ça t'es pas invité à France Inter je comprends plus rien.. Bah même pas, les types vont seulement jusqu'au bout de leur délire et montre qu'ils s'en battent des cases et des blogueurs qui font des chroniques bidons (...:). D'ailleurs Lucio récidive avec quelques titres de l'album du style "Musique liquide pour oreille interne" ou "Le pas tranquille de l'homme qui ne va nulle part"... Carrément on dirait le titre d'une mauvaise comédie dramatique française. Ce qui est d'ailleurs un pléonasme. Booooom! Punchline!!! Nan...? Ah nan. Allez je vous laisse avec mes 2 titres préféré (ils ont encore de bons titres à la con):

Le 1er "Kejserens nye Klaeder" (traduction: personne ne sait) est mon coup de coeur instru / lyrical. Tu peux rien faire contre ce son envoûtant qui dégaine des samples du conte "Les habits neufs de l'empereur", sous vocoder (qui est ici parfaitement utilisé) et qui tapisse les couplets de Lucio Bukowski. Un régal.

Le 2e.... Il s'écoute en boucle. Juste un instru de Oster Lapwass... Une merveille. J'en frétille encore. Enjoyez-moi ça bande de vuvuzelas.

 

Retour à l'accueil