Du traitement d'une bavure

Dans l'ordre:

- Un flicaillon zélé, raciste et violent enfonce sa matraque dans l'anus d'un jeune adulte qui passait par là, pour lui montrer "c'est qui qu'a le pouvoir, c'est qui qu'a les couilles, c'est qui qu'a le gun."

- Le jeune Théo doit aller à l'hosto où les médecins et infirmiers constatent que l'arme lui est rentrée à l'intérieur jusqu'à 10 cm de profondeur.

- Entre temps, une "source policière", affirme sans trembler que "le pantalon de Théo est tombé tout seul" et que la pénétration de la matraque est involontaire. Droit dans les yeux. Burné comme un Cahuzac.

- Théo reçoit la visite d'un gentil président et "appelle au calme" dans son quartier. La décence ordinaire dont parlait Orwell? Quoiqu'il en soit cet appel n'est pas tellement suivi.

- Deux jeunes interpellés lors de ces affrontements et jugés dans la foulée écopent de 6 mois de prison ferme. Qui a dit que la justice était longue et bureaucratique?

- Entre temps, l'IGPN la "police des polices" (au passage, y a-t-il pire taf?...), après son "enquête", corrobore les informations policières initiales: c'était un accident. La matraque est rentrée toute seule. L'agitation et ces pantalons larges en sont surement la cause.

- Alors que l'ensemble des grands médias continuent de parler "d'arrestation musclée" et organisent des pseudo-débats dont eux seuls ont le secret, un syndicaliste vient répandre le plus naturellement du monde sa haine raciste banalisée à la télé.

" Jamais par la répression vous n'obtiendrez la paix,
la paix de l'âme, le respect de l'homme.
Mais cette notion d'humanisme n'existe plus quand ils passent l'uniforme,
préférant au fond la forme, peur du hors normes.
Pire encore si dans leur manuel ta couleur n'est pas conforme,
véritable gang organisé, hiérarchisé.
Protégé sous la tutelle des hautes autorités.
Port d'arme autorisé, malgré les bavures énoncées.
Comment peut-on prétendre défendre l'état, quand on est soi-même
en état d'ébriété avancée? Souvent mentalement retardé.
Le portrait type, le prototype du pauvre type,
Voilà pourquoi dans l'excès de zèle, ils excellent.
Voilà pourquoi les insultes fusent quand passent les hirondelles.
Pour notre part ce ne seras pas "fuck the police",
mais un spécial Nick Ta Mère de la part de la mère patrie du vice."

(NTM, 1993)

Retour à l'accueil